English          РУССКИЙ

 

Quelques mots sur l’artiste Rénara Akhoundova

 

Rénara Akhoundova est née à Bakou, capitale de la République Soviétiqued’Azerbaïdjan. Elle grandit au sein d’une famille d’intellectuels, bercée à la fois par la culture russe et sa culture maternelle azerbaïdjanaise. Renara débute le piano à l’âge de trois ans. Elle est très tôt remarquée pour son talent.

« Lorsque ma mère prenait des leçons de piano, je l’observais toujours, cachée dans un coin de la pièce. Un jour je me suis approchée du piano et me mis à jouer des mélodies que j’avais entendues. Bien entendu mes parents s’en émerveillèrent après du professeur de piano. On leur répondit qu’il était indéniable que j’avais du talent, mais que j’étais encore trop jeune pour commence des études de piano sérieuses. C’est la raison pour laquelle je ne commençais l’étude de la musique qu’à l’âge de cinq ans ». 

Rénara suivit le cursus du Conservatoire de Bakou. Au cours de ces onze années d’étude, elle se découvrit un goût particulier et un talent certain pour l’improvisation. Cependant et contre toute attente, Rénara décide d’abandonner la musique à l’issue de ses études au conservatoire. 

« Je voulais être libre et indépendante. Je ne me voyais absolument pas enseigner la musique dans quelque école que ce soit. En outre, je venais d’être acceptée à l’université d’économie et de science politique de Moscou. Je devais bientôt devenir la meilleure économiste parmi les pianistes, si ce n’est la meilleure pianiste parmi les économistes !

A la fin de ses études universitaires, la pianiste par vocation et l’économiste de formation s’envole vers Paris. A cette époque, elle était loin de s’imaginer que la France deviendrait sa seconde patrie. En 2002, elle traverse une période extrêmement difficile et songe à nouveau à abandonner la musique, mais cette fois-ci pour de bon. Elle réussit à surmonter les obstacles et les déceptions grâce aux forces vives qu’elle puise au plus profond d’elle-même. 

"Cela fut très douloureux et il m’a fallu faire preuve de courage et d’intégrité. J’ai essayé plusieurs méthodes pour dépasser mes peurs et mes angoisses. Celle qui s’est révélée être la plus efficace était celle de Marshall Rosenberg : la communication non violente. Cette expérience m’a redonné une énergie vitale essentielle et m’a également permis de rencontrer des personnalités extraordinaires".

Et c’est ainsi qu’en juillet 2004, au cours d’un séminaire de Marshall organisé à Strasbourg, elle fait la connaissance d’Anne van Stappen et Michel van Bellingher. Lors d’un voyage en Belgique, ils lui proposent d’écrire la musique d’un film documentaire. Leur soutien a joué un rôle essentiel pour relancer la carrière musicale de Renara. C’est ainsi que le premier album verra le jour sous le titre « Marshall ».

"Je mourrais d’envie de demander à l’une de mes connaissances Stelios Damianos (auteur compositeur des plus fameux succès de Demis Roussos) son avis sur cet album. Il me déclara que le disque lui avait énormément plu, l’avait ému jusqu’aux larmes et que je devais absolument continuer à composer et à jouer mes propres compositions".

La chance sourit de nouveau à Renara en juin 2005, lorsqu’elle rencontre Paul de Senneville, auteur-compositeur de nombreuses musiques interprétées par Michel Polnareff et Christophe entre autres. Il est également l’auteur d’une majeure partie des musiques romantiques interprétées par Richard Clayderman. Il lui propose une coopération avec sa maison de production, Delphine Production. L’album « Toi et moi » sort bientôt en Corée, à Singapour et à Taïwan. Cette même année, Renara enregistre un second album « La vie ». 

L’année 2006 s’avère également très productive pour Renara qui sort deux nouveaux albums « Cadeau » écrit en remerciement à un ami et « Lumière ». C’est la même année que la pianiste rencontre un maître soufi qui, lui ouvrant de nouveaux horizons spirituels, lui inspire l’écriture d’un nouvel album « La rencontre avec le maître ».

En février 2007, Renara donne son premier concert personnel dans la capitale balte de Taline en Estonie. Le public est totalement conquis et profondément touché par l’émotion transmise par la musicienne. La musique jouée est créative et lumineuse. Par sa sensibilité et sa finesse, la musique de Rénara inspire la bonté, l’amour et l’espoir. 

L’album suivant est enregistré en janvier 2009, « Gratitude », titre choisi pour évoquer celle de l’artiste pour tout ce que la vie lui a offert et l’entourage bienveillant qui l’accompagne. 

Ces dernières années, Renara a joué à de nombreuses occasions aux Etats-Unis, en Russie, en Lettonie, en Belgique, en Suisse, en Italie, en Grande-Bretagne, en Autriche, en Allemagne ou encore au Koweït. Pour la plupart, ces concerts sont organisés par des personnes privées ou des institutions publiques. Rénara est par ailleurs souvent invitée à s’exprimer dans le cadre de séminaires ou de conférences, sur les vertus de la musique d’un point de vue spirituel, presque philosophique (le Forum pour la Paix, Fondation suisse « Education pour la Paix »). 

En Russie, les albums de Renara font partie des collections « les 100 pièces maitresses de la musique classique (Ed. Summary) et sont éditées dans le cadre du projet « les grands noms de la postérité ».

Un nouvel événement vient, une fois encore, bouleverser le destin de Rénara. Il s’agit de sa rencontre avec le prêtre Artémi Vladimirov. Ensemble, ils organisent une série de soirées culturelles où la musique s’alliant à la parole, donne naissance à un échange spirituel assez extraordinaire. Ce dialogue peu commun entre un prêtre et une musicienne va conquérir une nouvelle fois le cœur du public. Cette rencontre sera à l’origine d’unnouvel album sorti en janvier 2010 « La prière », dédié au Père Artémi. 

En 2011, Renara sort son huitième album « Rémission » et le suivant en 2013 « Amour ». En 2014, réunissant certaines de ses compositions qui n’avaient pas été enregistrées et des œuvres non publiées, Rénara enregistre un nouvel album «Amour et Gratitude », sans doute le plus abouti de ses disques.  

En juillet 2016, la société  « Lucky Jack Productions. LLC-Renara Music »  voit le jour, créée spécialement pour promouvoir la musique de Rénara. Tous les albums sont re-masterisés et le son travaillé pour atteindre une qualité exceptionnelle afin de les commercialiser dès fin 2016. 

Renara continue à composer et à donner des concerts-improvisations tout autour du monde. Le public est unanime, les improvisations de Renara sont incroyablement fortes et touchantes. D’une puissance exceptionnelle, la douceur et l’intensité de ces mélodies improvisées touchent les individus au plus profond d’eux-mêmes en les invitant à un voyage à la fois exaltant et intense dans le monde de l’introspection.